Musée Matisse, Nice - Façade ouest et sud du musée, vue générale Photo : A Vol d’ Oiseau / Droits réservés

Matisse et Nice

Il y a cent ans, en décembre 1917, Matisse découvre pour la première fois Nice. C’est là qu’il produit la plus grande partie de son œuvre jusqu’à sa disparition en novembre 1954.
Ses multiples lieux de vie et de travail influencent notablement son processus de création et marquent les étapes décisives de son œuvre, jusqu’à la plénitude de son art, des grandes gouaches découpées à la Chapelle de Vence.

La plupart viennent ici pour la lumière et le pittoresque. Moi je suis du Nord. Ce qui m’a fixé, ce sont les grands reflets colorés de janvier, la luminosité du jour.

Bridault, 1952, repr. dans Henri Matisse, Écrits et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1971, p. 123

1917-1921 : Découverte de la ville et premiers séjours

Décembre 1917 – Mars 1918

Hôtel Beau Rivage (107, quai des États-Unis, Promenade des Anglais)

Arrivé à Nice le 25 décembre 1917, Matisse loue une chambre, étroite et longue, à la décoration banale avec une large fenêtre ouvrant sur la mer ; il peint ses premiers « intérieurs niçois ».

Quand j’ai compris que chaque matin je reverrais cette lumière, je ne pouvais croire à mon bonheur. Je décidai de ne pas quitter Nice, et j’y ai demeuré pratiquement toute mon existence.

Bridault, 1952, repr. dans Henri Matisse, Écrits et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1971, p.123
Jean Gilletta, Hôtel Beau Rivage, Nice, carte postale, Coll. particulière
Jean Gilletta, Hôtel Beau Rivage, Nice, carte postale, Coll. particulière
Photo: D. R.

Avril 1918

L’atelier du 105, quai des États-Unis

Pierre Matisse jouant du violon, 1916
Pierre Matisse jouant du violon, 1916

En quête d’un atelier, Matisse loue à son ami Léonce Pelletier un appartement à proximité de l’Hôtel Beau Rivage toujours sur la Promenade. Son fils Pierre y pose pour la célèbre peinture Le violoniste à la fenêtre (Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris)

Photo : Le 105 quai des Etats-Unis
Le 105 quai des États-Unis

Mai – Juin 1918

La villa des Alliés, Mont-Boron

Son hôtel réquisitionné, Matisse déménage le 9 mai 1918 et loue pour deux mois la villa des Alliés, située dans un parc arboré ; il y peint essentiellement des paysages.
À l’été, son fils cadet Jean s’engage dans l’armée.

Photo : Villa des Alliés, 136 chemin du Mont-Alban
Villa des Alliés, 136 chemin du Mont-Alban

Automne 1918 – 1921

Hôtel de la Méditerranée (25, Promenade des Anglais)

Carte postale de l’hôtel de la Méditerranée
Carte postale de l’hôtel de la Méditerranée
Hall de l’Hôtel de la Méditerranée
Hall de l’Hôtel de la Méditerranée

Après avoir passé l’été à Issy-les-Moulineaux, Matisse revient à Nice, à l’Hôtel de la Méditerranée, aujourd’hui disparu. Il y séjourne régulièrement en hiver jusqu’en 1921. Les intérieurs des chambres qu’il occupe successivement deviennent les sujets de ses peintures. Il y installe ses modèles, les entoure de tissus, fleurs et objets et utilise les effets de la lumière tamisée des persiennes.

Un vieil et bon hôtel, bien sûr ! Et quels jolis plafonds à l’italienne ! Quels carrelages ! On a eu tort de démolir l’immeuble. J’y suis resté quatre ans pour le plaisir de peindre des nus et des figures dans un vieux salon rococo. Vous souvenez-vous de la lumière qu’on avait à travers les persiennes ? Elle venait d’en dessous comme une rampe de théâtre. Tout était faux, absurde, épatant, délicieux.

Henri Matisse dans Art News Annual, 1952, repr. dans Henri Matisse, Écrits et propos sur l’art, Paris, Hermann, 1971, p. 123

Automne 1921 : L’installation à Nice au cours Saleya

1921 – 1938

Palais Caïs de Pierlas, 1, place Charles-Félix, cours Saleya

Matisse loue un logement au 3ème étage, puis en 1927, emménage au 4ème. Dès lors, il vit la moitié de l’année à Nice. Dans cet appartement-atelier Matisse met en scène ses modèles dans des décors qu’il agence avec soin à partir d’objets familiers, meubles et textiles divers de sa collection personnelle. Natures mortes, intérieurs, nus et odalisques caractérisent la « période niçoise ».

Palais Cais de Pierlas, 1 Place Charles-Félix
Palais Cais de Pierlas, 1 Place Charles-Félix
Henri Matisse sur le balcon de son appartement place Charles-Félix, Nice, années 1920
Henri Matisse sur le balcon de son appartement place Charles-Félix, Nice, années 1920
Photo: Archives Henri Matisse / D. R.
La Promenade des Anglais vue depuis l’appartement d’Henri Matisse Nice, 1928
La Promenade des Anglais vue depuis l’appartement d’Henri Matisse
Nice
, 1928
Photo: Archives Henri Matisse / D. R.

1931

L’atelier du 8, rue Désiré Niel

Dans cet atelier de grandes dimensions, un ancien garage, Matisse réalise en taille réelle la grande décoration La Danse [dite de Barnes ou de Merion]. En 1932, il engage Lydia Delectorskaya comme aide d’atelier, puis, en 1933, comme dame de compagnie de Madame Matisse. En 1935, Lydia devient le modèle régulier du peintre puis son assistante.

Henri Matisse travaillant à La Danse de Barnes, rue Désiré-Niel, Nice, vers 1931-1932
Henri Matisse travaillant à La Danse de Barnes, rue Désiré-Niel, Nice, vers 1931-1932 Photo : Archives Henri Matisse / D. R.

Octobre 1938 : Le Régina, colline de Cimiez (71, boulevard de Cimiez)

Janvier 1938

Affiche : Vente du Régina, affiche de Jean Cassarini, 1937
Vente du Régina, affiche de Jean Cassarini, 1937
Photo : Droits réservés

Matisse achète un appartement dans cet ancien hôtel, conçu pour recevoir la Reine Victoria à la fin du XIXème siècle.

Fin juin 1943

Face à la menace d’une occupation par les Allemands, Matisse s’installe à la villa Le Rêve à Vence. Le 30 décembre 1948, il revient au Régina dont les espaces sont plus adaptés à la réalisation de la Chapelle de Vence et des grandes gouaches découpées de la fin de sa vie.

L’atelier au Regina, Nice vers 1953 avec Danseuse créole (à plat), L’escargot et Souvenir d’Océanie au mur
L’atelier au Regina, Nice vers 1953 avec Danseuse créole (à plat), L’escargot et Souvenir d’Océanie au mur. Photographie de Lydia Delectorskaya. Photo : Archives Matisse © Succession H. Matisse pour les œuvres de l’artiste

1946

Couverture du catalogue d’exposition Henri Matisse, Nice, Palais de la Méditerranée, 1946
Couverture du catalogue d’exposition Henri Matisse, Nice, Palais de la Méditerranée, 1946
©Succession H. Matisse, Photo: Ville de Nice, Musée Matisse

Première exposition de Matisse à Nice, au Palais de la Méditerranée

1950

Exposition Matisse à Nice, organisée par l’UMAM (Union Méditerranéenne pour l’Art Moderne), inaugurant la galerie des Ponchettes, pressentie pour devenir un futur Musée Matisse.

Affiche crée par Henri Matisse pour l’Union Méditerranéenne pour l’Art Moderne (UMAM) et la promotion de la ville de Nice, 1949
Affiche créée par Henri Matisse pour l’Union Méditerranéenne pour l’Art Moderne (UMAM) et la promotion de la Ville de Nice, 1949
© Succession H. Matisse, Photo: Ville de Nice, Musée Matisse
Photographie de Jean Gilletta, vue de l’exposition “Henri Matisse” à la galerie des Ponchettes, 1950
Jean Gilletta, Vue de l’exposition « Henri Matisse » à la galerie des Ponchettes, 1950
Photo : Archives Henri Matisse / D. R.
Vue de l’exposition “Henri Matisse” à la galerie des Ponchettes, 1950
Vue de l’exposition « Henri Matisse » à la galerie des Ponchettes, 1950
Photo : Archives Henri Matisse / D. R.

1951

Inauguration de la Chapelle de Vence.

3 novembre 1954

Mort de Matisse. Il repose au cimetière du Monastère de Cimiez.

Retour en haut de page