Chapelle du Rosaire à Vence

Matisse et la Chapelle du Rosaire

Intérieur de la chapelle de Vence : Le Chemin de croix et la Vierge à l’enfant, céramique
Le Chemin de croix et la Vierge à l’enfant, céramique, Chapelle du Rosaire, Vence
© Succession H. Matisse pour les œuvres de l’artiste, Photo: Ville de Nice, Musée Matisse

C’est en juillet 1943 qu’Henri Matisse, fuyant les risques de bombardement sur Nice (il habite alors le Régina sur la colline de Cimiez) vient s’installer à Vence, dans la villa Le Rêve. Il y restera jusqu’en 1948.

Au foyer Lacordaire à Vence, non loin de là résident les Sœurs Dominicaines. Matisse y retrouve alors Sœur Jacques Marie qui fut son infirmière et garde de nuit en septembre 1942, après sa grave intervention chirurgicale de 1941. Durant ces moments difficiles, un lien d’affection et d’estime s’était noué entre eux, Sœur Jacques, alors encore Monique Bourgeois, devint également son modèle entre 1942 et 1943.

J’ai commencé par le profane, et voici qu’au soir de ma vie, tout naturellement je termine par le divin.

Henri Matisse, propos rapportés par Mgr Rémond, dans L’Art sacré, juillet-août 1951

En 1947, Sœur Jacques évoque le souhait des Sœurs de voir leur communauté se doter d’une chapelle ; conseillée par Matisse, elle s’attèle à un projet de vitrail. Le 4 décembre 1947 la rencontre du maître avec le frère Rayssiguier, un frère Dominicain novice venu lui rendre visite, va tout changer. Ce dernier, passionné d’art moderne et convaincu de son influence positive sur l’art religieux, réussit à convaincre Matisse de faire non seulement le vitrail mais également l’intégralité de la chapelle, synthèse de tous ses efforts passés.

Avec le soutien du père Marie-Alain Couturier, la collaboration avec l’architecte Auguste Perret et le maître verrier Paul Bony, Henri Matisse, de retour au Regina en 1949, transforme peu à peu son vaste appartement en atelier sur les murs duquel il dispose ses maquettes, la plupart du temps en format réel.

Intérieur de la chapelle de Vence : le Chemin de croix
Le Chemin de croix et la Vierge à l’enfant, céramique, Chapelle du Rosaire, Vence
© Succession H. Matisse pour les œuvres de l’artiste, Photo: Ville de Nice, Musée Matisse

Ainsi, la première pierre fut posée le 12 décembre 1949 par Mr Rémond, évêque de Nice, qui la consacra le 25 juin 1951. En l’absence de Matisse trop fatigué pour se rendre à l’inauguration, Mr Rémond lut une lettre de l’artiste :

Cette œuvre m’a demandé quatre ans d’un travail exclusif et assidu, et elle est le résultat de toute ma vie active. Je la considère malgré toutes ses imperfections comme mon chef-d’œuvre.

L’autel et l’Arbre de vie, Chapelle du Rosaire, Vence
L’autel et l’Arbre de vie, Chapelle du Rosaire, Vence
© Succession H. Matisse pour les œuvres de l’artiste, Photo: Ville de Nice, Musée Matisse
Revue Arts du 29 juin 1951 : inauguration de la chapelle de Matisse
Revue Arts, 29 juin 1951
Photo: Ville de Nice, Musée Matisse

Le Musée Matisse de Nice possède d’importantes œuvres autour de la Chapelle de Vence soient 13 maquettes de chasubles et vêtements sacerdotaux, 3 maquettes de la chapelle, 2 essais du vitrail La Jérusalem céleste et la maquette pour Les Abeilles, 2 grands dessins autour du Saint Dominique.

L’art sacré, n°11-12, juillet-août 195, Lettre à Monseigneur Rémond, évêque de Nice
L’art sacré, n°11-12, juillet-août 1951,
Lettre à Monseigneur Rémond, évêque de Nice
Photo: Ville de Nice, Musée Matisse
L’art sacré, n°11-12, juillet-août 195, Lettre à Monseigneur Rémond, évêque de Nice
L’art sacré, n°11-12, juillet-août 1951,
Lettre à Monseigneur Rémond, évêque de Nice
Photo: Ville de Nice, Musée Matisse
Retour en haut de page