Ralentir pour représenter, représenter pour ralentir

Dominique Païni a été directeur de la Cinémathèque française (1991-2000) puis du Centre Pompidou (2000-2005). Actuellement commissaire d’exposition indépendant et essayiste, il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés aux relations entre le cinéma et les autres arts visuels. Il est le co-commissaire de l’exposition « CINEMATISSE ». Le film réalisé en 1947 par François Campeaux montrant Matisse en train de peindre est demeuré célèbre. Une séquence révèle par les vertus du ralenti la pensée plastique en mouvement, les gestes invisibles de l’acte de peindre, les repentirs secrets de l’improvisation. Jean-Luc Godard le dit plus tard : « ralentir pour mieux voir ». Ralentir le défilement des images est une obsession des cinéastes de toutes les époques. L’immense intérêt de Matisse pour le cinéma doit lui avoir fait accepter cette représentation intime de son activité de peintre. Cela s’est-il traduit dans son œuvre ? Pourquoi les artistes ont-ils trouvé tant d’intérêt à cette manipulation du défilement des images ?

Retour en haut de page